best replica uhren is simple perform and simple to see. www.youngsexdoll.com forum created command through workspace altar. swiss grade replica-watches.is. your brilliant blend of delightful quality and delightful appearances could be the characteristic of who sells the best rolex replica. upscalerolex old-time appeal with a touch of modern sophistication.

tres-utile.fr

Symptômes de l’épilepsie : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

Dans des conditions normales, une décharge aléatoire provenant de neurones dans le cerveau. Les crises sont causées par des décharges électriques déclenchées de façon coordonnées dans le cerveau par des neurones. Il est généralement difficile de définir une durée de crise, car elle peut durer de quelques secondes à plusieurs minutes, voire même, dans des cas graves, encore plus longtemps.

Les signes indicateurs d’une crise peuvent être discrets ou radicaux – la personne concernée peut simplement regarder dans le vide pendant plusieurs secondes, perdre conscience, avoir un comportement étrange, dire des choses insensées ou être prise de convulsions violentes.

Bien que les symptômes d’une crise puissent varier de manire considérable, certains types spécifiques peuvent généralement être associés au type de crise dont souffre une personne. De même, une crise peut commencer par une manifestation simple, puis empirer et se transformer en un autre type de crise avec des symptômes plus puissants ou plus étendus.

Les types de crise sont déterminés selon les fonctions du corps qui sont touchées et le degré de dysfonctionnement qui touche les différentes parties du corps.

Les différents types de crise :

Crise d’épilepsie partielle simple

Également appelé crise locale, ce type d’épilepsie se limite à une région spécifique du cerveau. La personne ne perd pas connaissance, mais d’autres symptômes peuvent se manifester selon les fonctions corporelles contrôlées par la partie affectée du cerveau. Certaines parties du corps peuvent convulser et des sensations étranges peuvent être ressenties, comme des picotements. La personne touchée peut même avoir des hallucinations sensorielles, y compris des hallucinations visuelles ou olfactives

Crise d’épilepsie partielle complexe

Ce type de crise d’épilepsie se limite également à certaines parties spécifiques du cerveau et peut se manifester par des symptômes très différents, mais, contrairement à l’épilepsie partielle simple, elle fait perdre connaissance. La personne concernée commence souvent par fixer le regard dans le vide, et il se peut qu’elle se comporte de manière bizarre et insensée ; c’est ce que l’on appelle des automatismes. Ces automatismes incluent le fait de tâtonner des vêtements et de prétendre mâcher. Après une crise, il se peut que la personne soit désorientée.

Crise d’épilepsie généralisée tonico-clonique

Également appelé grand mal , ce type de crise se caractérise initialement par un grognement ou autre son vocal émanant de la personne affectée, suivi d’un raidissement du corps qui devient rapidement extrêmement rigide (la phase tonique). Le corps de la personne se met ensuite à convulser (la phase clonique). La plupart du temps, le corps du patient se tord et se contracte de manière répétée et régulière. Pendant la crise, la personne court le risque de se mordre la langue, de sorte qu’il se peut que du sang coule de la bouche. Il se peut également que le patient ne soit pas en mesure de contrôler les sécrétions, ce qui entraîne une salivation accrue ou comme de la mousse sortant de la bouche . Il se peut également que la personne perde le contrôle de la défécation ou de la miction, ou que d’autres troubles se manifestent à cause des convulsions ou des objets que pourra éventuellement heurter la personne pendant la crise.

La victime d’une crise tonico-clonique se sent souvent irritée et épuisée après coup, et elle se rappelle rarement de l’expérience, voire pas du tout. La crise de grand mal peut être le résultat d’un type de crise plus limité qui empire. Dans ce cas, elle est appelée crise secondairement généralisée .

La décharge électrique commence dans une zone spécifique du cerveau, mais le trouble se propage rapidement vers d’autres parties du cerveau. Ceci peut se produire de manière rapide ou lente.

Crises d’absence

Également appelées petit mal , les crises d’absence se manifestent plus souvent chez les enfants et elles sont caractérisées par de brèves pertes de conscience au cours desquelles l’enfant interrompt ce qu’il est en train de faire et fixe son regard dans le vide, sans réagir. Il se peut que l’enfant cligne des yeux rapidement ou boite. Bien qu’il ne dure que quelques secondes, le petit mal peut survenir de nombreuses fois par jour. Les crises d’absence doivent être considérées comme une explication possible chez les enfants qui sont perçus comme dans la lune ou qui ont des difficultés à se concentrer.

Crises d’épilepsie myoclonique

Ces crises sont caractérisées par des contractions musculaires extrêmement rapides de certains muscles spécifiques. Ces crises sont un peu comme des sauts à l’intérieur du corps, qui peuvent affecter les bras/jambes, les mâchoires ou autres parties du corps. Certaines personnes, qui ne sont pas forcément épileptiques, ressentent également ces contractions ou convulsions, en particulier lorsqu’elles s’endorment ou se réveillent le matin.

Crises atoniques

Également connues sous le nom de crises astatiques ou de chute brusque par dérobement des jambes, ces crises entraînent une brève perte de conscience de la personne touchée. Une fois la crise terminée, la personne ne se souvient généralement pas de ce qu’il s’est passé. La gravité de ce type de crise peut aller d’un simple affaissement ou hochement de la tête avant de récupérer jusqu’à un malaise avec perte de connaissance.