best replica uhren is simple perform and simple to see. www.youngsexdoll.com forum created command through workspace altar. swiss grade replica-watches.is. your brilliant blend of delightful quality and delightful appearances could be the characteristic of who sells the best rolex replica. upscalerolex old-time appeal with a touch of modern sophistication.

tres-utile.fr

Reconstruction mammaire à l’aide de tissus naturels : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

L’intervention par lambeau est un type d’intervention de reconstruction mammaire. Elle consiste à rétablir la forme du sein à la suite d’une mastectomie. La mastectomie est une intervention d’ablation dans le cadre du traitement du cancer du sein.

L’intervention par lambeau est une solution alternative à l’utilisation d’implants mammaires. Elle remplace les tissus mammaires par des tissus prélevés sur d’autres parties du corps, notamment l’abdomen. Beaucoup de femmes estiment que les interventions par lambeaux offrent un aspect plus naturel que les implants. Les interventions par lambeau présentent cependant un risque accru.

Il s’agit notamment de :

  • formation d’une hernie sur le site du prélèvement ;
  • perte de sensation sur le site du prélèvement ;
  • changements de sensations au niveau du sein ;
  • nécrose (mort des cellules tissulaires) dans le sein ;

Trois types de lambeaux de tissu peuvent être utilisés dans le cadre de la reconstruction mammaire :

  • Le lambeau de TRAM fait appel à la peau, aux tissus adipeux et aux muscles de la partie inférieure de l’abdomen.
  • La reconstruction mammaire par lambeau de latissimus dorsi (grand dorsal) fait appel à des muscles et de la peau prélevés sur le dos.
  • Le lambeau perforant de l’artère épigastrique inférieure profonde (AEIP, ou DIEP en anglais) fait appel à des vaisseaux perforants, des tissus adipeux et à de la peau, tout en préservant le muscle.

Les lambeaux tissulaires sont mis en place sur la paroi thoracique à l’aide d’une des deux techniques suivantes :

Dans le cadre d’une intervention par lambeau en rotation, le lambeau tissulaire reste attaché à une extrémité à son alimentation en sang d’origine. L’extrémité libre est dissimulée sous la peau. Il est ensuite mis en place par rotation sur la paroi thoracique.

Dans le cadre d’une intervention par lambeau libre, le lambeau tissulaire est entièrement détaché de son alimentation en sang d’origine. Il est reconnecté (par une intervention de microchirurgie) à une alimentation en sang existante dans la poitrine.

Une fois le lambeau de tissu repositionné, le chirurgien lui donne le contour d’un sein. La forme pourra devoir être affinée dans le cadre d’interventions supplémentaires.

Si vous n’avez pas besoin de suivre une radiothérapie, l’intervention de reconstruction mammaire peut être pratiquée conjointement avec la mastectomie. Si la radiothérapie s’avère nécessaire, la reconstruction devra être reportée plusieurs mois après votre dernier traitement. Les effets secondaires se seront ainsi dissipés. La radiothérapie peut entraîner une déformation et un durcissement des tissus. Il est possible qu’une intervention par lambeau ne soit pas la solution qu’il vous faut. Votre chirurgien pourra suggérer la mise en place d’un expanseur tissulaire lors de votre mastectomie. Votre peau sera ainsi étirée. L’expanseur facilite la réalisation de l’intervention de chirurgie reconstructive lorsque votre corps est prêt à la supporter.

Examinez avec votre médecin toutes les solutions chirurgicales possibles dans votre cas.

La reconstruction mammaire par lambeau présente les mêmes risques que n’importe quelle intervention chirurgicale. Il s’agit notamment de risques de saignement et d’infection. Cependant, cette intervention présente également des difficultés de guérison spécifiques. Les lambeaux TRAM (musculaire ou musculo-cutané) et latissimus dorsi (grand dorsal) prélevent des muscles sur le dos ou l’abdomen.

Ces démarches impliquent un risque :

  • hernie postopératoire ;
  • faiblesse ;
  • gonflement abdominal.

Dans le cadre d’un entretien avec Healthline, le Dr David S. Goldberg a souligné l’importance de sélectionner un bon chirurgien et un bon hôpital. Cette précaution permet de réduire les complications et d’optimiser les résultats.

Le Docteur Goldberg (spécialiste de chirurgie esthétique à Monterey, Californie) explique : Il est essentiel de trouver un centre de chirurgie mammaire spécialisé dans cette technique. Il ne suffit pas simplement de sélectionner le bon chirurgien. Il est impératif de faire appel à une équipe multidisciplinaire incluant spécialiste de chirurgie plastique, oncologue et radiologue. Il faut qu’ils aient l’habitude de travailler ensemble. Vous aurez ainsi les meilleures chances d’obtenir un résultat optimal. (D.S. Goldberg, communication personnelle, 18 juillet 2012)

L’utilisation de vos propres tissus peut permettre d’obtenir un sein attrayant au plan esthétique. La taille, la rondeur et la forme du nouveau sein peuvent être étroitement rapprochées de celles de l’autre sein. Cependant, votre sein n’aura ni un aspect ni une sensation identiques au toucher à celles que vous aviez avant l’intervention.

Les interventions de reconstruction par lambeau produisent les résultats les plus élégants et les plus sophistiqués, explique le Docteur Goldberg. Cette intervention est considérée comme le nec plus ultra en termes de reconstruction mammaire (D.S. Goldberg, communication personnelle, 18 juillet 2012)

Les chirurgiens continuent de peaufiner leurs techniques et matériaux. Les techniques ayant progressé, de meilleures solutions et des résultats plus naturels sont désormais à notre portée. L’une des nouvelles techniques les plus prometteuses est la greffe de graisses autologues. Cette technique fait appel à une liposuccion modifiée. Elle consiste en un transfert de cellules souches qui sont prélevées sur un site où elles sont inutiles pour les placer dans le sein.

Cette technique est déjà utilisée pour redonner de la rondeur aux seins et corriger des défauts sur des poitrines reconstruites. Selon le Docteur Goldberg, les chirurgiens devraient prochainement pouvoir s’en servir pour reconstruire le sein dans son intégralité. (D.S. Goldberg, communication personnelle, le 20 juillet 2012)