best replica uhren is simple perform and simple to see. www.youngsexdoll.com forum created command through workspace altar. swiss grade replica-watches.is. your brilliant blend of delightful quality and delightful appearances could be the characteristic of who sells the best rolex replica. upscalerolex old-time appeal with a touch of modern sophistication.

tres-utile.fr

Pancréatite chronique : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

La pancréatite chronique affecte le pancréas, qui se trouve sous votre estomac. Le pancréas produit des enzymes, qui contribuent à la digestion de votre nourriture, ainsi que des hormones telles que l’insuline, qui régit le taux de sucre dans le sang. Lorsque vous êtes atteint(e) de pancréatite, vous souffrez d’une inflammation du pancréas. Une attaque subite d’une durée limitée à quelques jours est considérée comme aigüe, mais si elle se prolonge plus longtemps (parfois plusieurs années), il s’agit d’une pancréatite chronique.

Au fil du temps, l’inflammation peut entraîner l’apparition de tissus cicatriciels et de dommages. Des calculs calciques peuvent également se développer dans le pancréas. Ils peuvent obstruer l’orifice de sortie, ou conduit pancréatique, qui acheminent les enzymes et sucs digestifs jusqu’à votre intestin. Les niveaux hormonaux et en enzymes pancréatiques peuvent chuter, ce qui peut être à l’origine de problèmes digestifs et de régulation du sucre dans le sang. Il est possible que vous soyez atteint(e) de malnutrition et la teneur en graisses de vos selles soit excessive. Si vous n’êtes pas en mesure de maintenir vos taux de sucre sanguin dans des limites normales, vous risquez de développer un diabète.

Causes

La principale cause de pancréatite chronique est la consommation excessive d’alcool. Autres causes :

  • les maladies auto-immunes, comme la polyarthrite rhumatoïde, qui conduisent le corps à s’attaquer lui-même ;
  • un conduit pancréatique étroit ;
  • une obstruction du conduit pancréatique (par exemple, par un calcul ou une tumeur) ;
  • certains médicaments ;
  • une mauvaise alimentation ;
  • la mucoviscidose, qui est une maladie héréditaire entraînant l’accumulation de mucus dans les poumons ;
  • certains gènes ;
  • un taux élevé de corps gras dans le sang.

Pour quelques 30 % des patients la cause demeure inconnue.

Risques

Les personnes consommant de l’alcool en quantité excessive courent un risque plus important, de même que les hommes par rapport aux femmes.

Symptômes

Il est possible qu’initialement, vous ne présentiez pas de symptôme. Les changements affectant le pancréas peuvent atteindre un stade relativement avancé avant que vous ne commenciez à éprouver des symptômes. Lorsque des symptômes apparaissent, il peut s’agir :

  • d’une douleur dans la partie supérieure de l’abdomen ;
  • de selles grasses, manquant de compacité, de couleur pâle et qu’il peut être difficile d’évacuer en tirant la chasse ;
  • des nausées et vomissements ;
  • d’une perte de poids ;
  • de symptômes de type diabétique, tels qu’une soif excessive et une sensation de fatigue.

Le siège d’une douleur pancréatique chronique se situe d’ordinaire juste sous les cotes. Il peut gagner le dos et la durée des épisodes peut aller de quelques heures à plusieurs jours. La maladie évoluant, la douleur peut devenir permanente. Des complications peuvent survenir :

  • développement dans le pancréas d’une grosseur emplie de fluide ;
  • l’accumulation de fluide dans l’abdomen ;
  • une jaunisse.
  • hémorragie interne ;
  • occlusion intestinale ;
  • cancer du pancréas.

Diagnostic

À un stade précoce, la maladie n’est pas toujours aisée à diagnostiquer, les changements survenant dans le pancréas n’étant pas suffisamment importants pour être détectables par des analyses de sang ou par imagerie.

Il est possible que des analyses de sang soient effectuées dans le but de mesurer des enzymes pancréatiques, ainsi que de vérifier le fonctionnement des reins et du foie. Votre médecin pourra également vérifier vos niveaux de sucre dans le sang afin de déterminer si vous êtes atteint(e) de diabète.

Il est possible qu’un échantillon de selles doive être analysé pour mesurer les niveaux d’enzymes pancréatiques et de graisse.

Votre médecin pourra prescrire une radiographie, une échographie, un tomodensitogramme ou une imagerie par résonnance magnétique (IRM) de votre abdomen, afin de réaliser des images de votre pancréas. Un examen endoscopique pourra également être pratiqué. Un endoscope est un instrument long et mince, équipé d’une caméra, qui est inséré par votre bouche et poussé jusqu’à l’endroit où le canal pancréatique rejoint l’intestin.

Traitement

Il est important de cesser toute consommation d’alcool, même si celle-ci n’est pas à l’origine de la maladie. Il est également possible que vous deviez limiter la quantité de corps gras dans votre alimentation et prendre des vitamines. Votre médecin vous conseillera toutefois à cet égard. Il vous est également conseillé d’arrêter de fumer. Le tabagisme peut également aggraver votre risque de cancer du pancréas.

Traitements médicamenteux

Traitements médicamenteux susceptibles d’être prescrits par le médecin en cas de pancréatite chronique :

  • analgésiques ;
  • enzymes artificiels, lorsque vos niveaux sont trop faibles pour que vous puissiez digérer l’alimentation normalement ;
  • insuline, dans le cas des patients diabétiques ;
  • stéroïdes, pour les patients atteints d’une pancréatite auto-immune.

Interventions chirurgicales

Dans la plupart des cas, une intervention chirurgicale n’est pas nécessaire. Néanmoins, en cas de douleur violente, ou si vous ne répondez pas au traitement, l’ablation d’une partie du pancréas peut parfois soulager le patient. Une intervention chirurgicale peut également être utilisée pour désobstruer le canal pancréatique ou l’élargir s’il est trop étroit.

Pronostic

Le pronostic de la pancréatite chronique varie en fonction de la gravité de la maladie et de sa cause. Un prompt diagnostic et un traitement rapide peuvent améliorer le pronostic ; parlez de vos symptômes à votre médecin.

Lorsque l’alcool est à l’origine de la maladie, vous risquez des complications si vous continuez à boire.