best replica uhren is simple perform and simple to see. www.youngsexdoll.com forum created command through workspace altar. swiss grade replica-watches.is. your brilliant blend of delightful quality and delightful appearances could be the characteristic of who sells the best rolex replica. upscalerolex old-time appeal with a touch of modern sophistication.

tres-utile.fr

L’évolution des traitements pour le VIH : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

Un diagnostic de virus d’immunodéficience humaine (VIH) n’est plus la condamnation à mort qu’il était autrefois. Il y a trente ans, les médecins n’avaient guère plus que des mots de réconfort à prodiguer aux patients qui avaient été diagnostiqués avec le virus. Et bien qu’il n’existe toujours pas de remèdes pour le VIH ou le sida, des progrès remarquables dans les traitements et dans la compréhension clinique de la façon dont la maladie progresse permettent aux médecin d’aider leurs patients à vivre des vies plus longues et mieux remplies. Voici les médicaments qui sont l’avenir des traitements contre le VIH.

Manière dont les médicaments contre les VIH produisent des effets

Les médicaments antirétroviraux ne guérissent pas le VIH. Au lieu de cela, ils paralysent le virus et ralentissent sa progression dans le corps. Parfois, ils affaiblissent le virus au point de le rendre indétectable, mais ils ne l’éliminent pas de l’organisme. Si un médicament antirétroviral a du succès, une personne pourra vivre de nombreuses années productives et en bonne santé de plus. La personne sera toujours infectée et capable de transmettre le virus, mais elle pourra bénéficier d’une qualité de santé plus élevée pendant plus de temps. Si les médicaments ne sont pas efficaces, le virus progressera sans doute plus rapidement, et le patient pourra atteindre les derniers stades de l’infection en moins d’années.

Les médicaments antirétroviraux agréés par l’Administration américaine des aliments et des médicaments (U.S. Food and Drug Administration – FDA) les plus souvent prescrits peuvent être divisés en quatre catégories : Ce sont :

  • Les inhibiteurs de la transcriptase inverse. Les inhibiteurs de la transcriptase inverse interrompent le cycle de vie d’une cellule infectée par le VIH alors qu’elle tente de se répliquer. Il existe deux types d’inhibiteurs de la transcriptase inverse : (1.) Les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (INNTI) empêchent le VIH de se répliquer. Les INNTI les plus communs sont l’efavirenz (Sustiva), la névirapine (Viramune) et l’étravirine (Intelence). (2.) Les inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI) empêchent les cellules infectées par le VIH de se répliquer en interrompant la reconstruction de la chaîne d’ADN de la maladie. L’INTI le plus commun est l’abacavir (Ziagen). Les combinaisons les plus communes d’INTI sont l’emtricitabine et le ténofovir (Truvada), et la lamivudine et la zidovudine (Combivir).
  • Les inhibiteurs de protéase (IP) désactivent la protéase, une protéine dont le VIH a besoin pour se répliquer. Les IP les plus communs sont l’atazanavir (Reyataz), le darunavir (Prezista), le ritonavir (Norvir) et le fosamprénavir (Lexiva).
  • Les inhibiteurs d’entrée ou de fusion empêchent le VIH de pénétrer dans les lymphocytes T CD4+. Ces inhibiteurs incluent le maraviroc (Selzentry) et l’enfuviritide (Fuzeon).
  • Les inhibiteurs d’intégrase désactivent l’intégrase, une protéine dont le VIH a besoin pour infecter les lymphocytes T CD4+. L’inhibiteur d’intégrase le plus commun est le raltegravir (Isentress).

Traitements basés sur une combinaison de multiples médicaments.

Les cellules du VIH peuvent connaître une mutation et devenir résistantes à un médicament donné. Pour éviter ceci, de nombreux médecins prescriront une combinaison de médicaments. Une combinaison de trois médicamentrs antirétroviraux ou plus est appelée traitement antirétroviral extrêmement actif, HAART (highly active antiretroviral therapy), et ceci est très vite en train de devenir le traitement initial standard prescrit par les médecins pour les personnes qui sont séropositives. Quand le traitement HAART a été approuvé par la FDA vers la fin des années 1990, la mortalité causée par le VIH aux États-Unis a diminué de plus de moitié en trois ans. Les progrès de la médecine permettent également de faciliter la compliance pour le traitement HAART en réduisant le nombre de pilules qu’une personne doit prendre et en réduisant les effets secondaires. Le traitement HAART le plus commun consiste en deux INTI et un INNTI ou un inhibiteur de protéase.

Pilules combinant plusieurs médicaments

En 2012, la FDA a approuvé Stribild, une combinaison de quatre médicaments différents pour traiter le VIH – Truvada (qui contient à la fois de l’emtricitabine et du ténofovir) et deux nouveaux médicaments, elvitegravir (un inhibiteur d’intégrase) et cobicistat. Stribild est l’un des premiers traitements consistant en régimes complets pour le VIH – c’est une pilule unique prise une fois par jour, qui ne peut pas être combinée avec d’autres médicaments contre le VIH. Ensemble, ces quatre médicaments empêchent le VIH de se répliquer et abaissent la charge virale totale dans le sang.

En 2011, un médicament similaire, Complera, a été introduit et mis à la disposition des personnes séropositives. Cette pilule unique prise une fois par jour contient une combinaison d’emtricitabine, de rilpivirine et de ténofovir.

Bien qu’il s’agisse d’un progrès prometteur, seuls certains patients séropositifs peuvent prendre la pilule combinant ces médicaments. Discutez avec votre médecin pour déterminer si cette pilule vous conviendrait ou comment vous pourriez être candidat à la prise de ce médicament.

Les prochains médicaments

Chaque année, de nouveaux traitements sont de plus en plus prometteurs pour traiter et, peut-être même guérir, le VIH/sida à l’avenir. Une catégorie de médicaments appelés les inhibiteurs de maturation pourront peut-être empêcher la maturation du VIH et son développement normal. Si ces médicaments produisent les effets escomptés, ils pourraient empêcher le VIH de fusionner avec des cellules saines.