best replica uhren is simple perform and simple to see. www.youngsexdoll.com forum created command through workspace altar. swiss grade replica-watches.is. your brilliant blend of delightful quality and delightful appearances could be the characteristic of who sells the best rolex replica. upscalerolex old-time appeal with a touch of modern sophistication.

tres-utile.fr

Laminectomie : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

La laminectomie est une opération du dos visant à soulager une compression de la colonne vertébrale. Elle consiste à retirer la lame vertébrale (partie de l’os qui forme la colonne vertébrale) et/ou des excroissances osseuses. Ces formations peuvent exercer une pression sur la colonne vertébrale ou des racines nerveuses, pouvant entraîner:

  • douleurs modérées à intenses du dos
  • engourdissement ou sensation de faiblesse dans les jambes
  • difficultés à marcher
  • difficultés à contrôler les urines et la défécation

La laminectomie n’est réalisée que si ces symptômes sont handicapants au quotidien. On y a recours lorsque les modes de traitements moins invasifs ont échoué.

Cette intervention est également appelée :

  • laminectomie lombaire
  • laminectomie cervicale
  • laminectomie de décompression

La laminectomie vise souvent à soulager les effets d’un canal lombaire étroit. Dans cette pathologie, le canal lombaire spinal rétrécit et exerce une pression sur la colonne vertébrale ou sur les nerfs. Le canal lombaire étroit peut avoir les causes suivantes :

  • l’âge (les disques de la colonne vertébrale commencent à rétrécir tandis que les os et les ligaments gonflent)
  • arthrite de la colonne vertébrale (plus fréquente chez les personnes âgées)
  • malformation congénitale (présente à la naissance), développement anormal de la colonne vertébrale par exemple
  • maladie osseuse de Paget (maladie caractérisée par un développement osseux anormal)
  • achondroplasie (nanisme)
  • tumeurs à la colonne vertébrale
  • traumatisme
  • hernie ou glissement d’un disque

La laminectomie se fait sous anesthésie. Vous pourrez être endormi pendant l’intervention (anesthésie générale). Il est également possible que vous restiez éveillé sous anesthésie de la colonne vertébrale. De toute façon, vous ne ressentirez aucune douleur pendant l’intervention. Un anesthésiste vous surveillera tout au long de l’intervention.

D’une manière générale, le chirurgien appliquera la procédure suivante:

  • nettoyer la peau au site de l’incision à l’aide d’un antiseptique pour prévenir les infections bactériennes
  • pratiquer une petite incision au milieu du dos ou du cou
  • déplacer la peau, les muscles et les ligaments sur le côté pour dégager la région à traiter
  • prélever une partie des lames osseuses de la colonne vertébrale
  • retirer les excroissances osseuses ou les fragments discaux
  • refermer l’incision avec des points de suture
  • couvrir l’incision avec des bandes stériles

Au cours de l’intervention, le chirurgien pourra également pratiquer une fusion intervertébrale, qui consiste à relier entre eux deux ou plusieurs os du dos afin de stabiliser la colonne vertébrale, ou une fusion par voie transforaminale, consistant à élargir l’espace par lequel les racines nerveuses traversent la colonne vertébrale.

D’après les Instituts nationaux de la santé des États-Unis, l’intervention dure entre une et trois heures (NIH, 2010).

Une opération de la colonne vertébrale comporte les risques suivants :

  • lésion d’un nerf spinal
  • échec du traitement (la douleur persiste après l’intervention)
  • récidive des douleurs au dos (notamment après une fusion intervertébrale)
  • infection du site de l’incision ou des os vertébraux

Comme toute intervention, cette opération comporte les risques généraux suivants:

  • caillots sanguins dans les jambes
  • troubles respiratoires
  • infection
  • perte de sang
  • crise cardiaque
  • accident vasculaire cérébral
  • réaction aux médicaments

Prévenez votre médecin si:

  • vous prenez des médicaments, vitamines ou compléments nutritionnels, sur ordonnance ou en vente libre
  • vous êtes ou pensez être enceinte
  • vous êtes sensible ou allergique à certains médicaments, aux anesthésiques, aux pansements ou au latex

Avant l’intervention, le médecin pourra vous demander :

  • d’interrompre la prise d’anticoagulants comme l’aspirine
  • de ne pas fumer le cas échéant
  • de ne pas manger ou boire après minuit la veille de l’intervention

Pensez à demander à quelqu’un de vous raccompagner chez vous après l’intervention. Il pourra également être utile de vous faire aider chez vous le temps de récupérer.

Quand vous vous éveillerez après l’intervention, votre médecin vous demandera de vous lever et de faire quelques pas (sauf après une fusion intervertébrale). Vous devrez probablement rester entre un et trois jours à l’hôpital.

Pendant que vous récupérez de l’opération:

  • évitez les activités fatigantes et le port d’objets lourds
  • soyez prudent en montant des escaliers
  • recommencez progressivement à marcher et à augmenter vos activités physiques
  • prévoyez et rendez-vous à toutes les consultations de suivi

Lorsque vous prenez votre douche, ne frottez pas le site de l’incision. N’appliquez pas de crème ou de pommade sur le site de l’incision. Ne faites pas usage d’une baignoire ou d’un jacuzzi, et évitez d’aller à la piscine avant d’y être autorisé. Cela augmenterait les risques d’infection.

Votre médecin vous donnera des instructions précises pour le traitement de la plaie.

Vous devez appeler immédiatement votre médecin dans les situations suivantes :

  • enflure sur ou à proximité du site de l’incision
  • transpiration, chaleur ou inflammation au site de l’incision
  • difficultés à respirer ou douleur au thorax
  • fièvre de 37,8 degrés Celsius ou plus
  • sensibilité ou enflure au niveau des jambes
  • troubles urinaires
  • perte de contrôle des intestins ou des urines

Une laminectomie est souvent efficace pour soulager de nombreux symptômes du canal lombaire étroit. Mais elle ne prévient pas la survenance d’autres problèmes lombaires. Il arrive également qu’elle ne supprime pas entièrement la douleur.

Les patients ayant subi une fusion transvertébrale courent le plus de risques de souffrir de problèmes lombaires par la suite.