best replica uhren is simple perform and simple to see. www.youngsexdoll.com forum created command through workspace altar. swiss grade replica-watches.is. your brilliant blend of delightful quality and delightful appearances could be the characteristic of who sells the best rolex replica. upscalerolex old-time appeal with a touch of modern sophistication.

tres-utile.fr

Exploration fonctionnelle respiratoire : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

L’exploration fonctionnelle respiratoire regroupe des tests qui mesurent le fonctionnement de vos poumons. Ils incluent à la fois l’aisance avec laquelle vous respirez et la capacité de vos poumons à alimenter en oxygène le reste de votre corps.

Votre médecin peut prescrire ces tests :

  • lorsque vous présentez des symptômes de difficultés pulmonaires ;
  • dans le cadre d’un bilan de santé de routine ;
  • afin d’évaluer le fonctionnement de vos poumons avant une intervention chirurgicale.

L’exploration fonctionnelle respiratoire est également appelée exploration fonctionnelle pulmonaire, spirométrie ou épreuve fonctionnelle respiratoire.

Utilisation

Votre médecin prescrira ce test pour déterminer comment fonctionnent vos poumons. Si vous êtes déjà atteint(e) d’une pathologie affectant vos poumons, votre médecin peut prescrire ce test pour déterminer si la pathologie évolue ou si le traitement est efficace.

L’exploration fonctionnelle respiratoire peut être utilisée pour contribuer au diagnostic :

  • de l’asthme ;
  • des allergies ;
  • de la bronchite chronique ;
  • des infections respiratoires ;
  • de l’emphysème ;
  • de la fibrose pulmonaire ;
  • de la bronchectasie (pathologie pulmonaire entraînant l’extension et l’élargissement des voies aériennes pulmonaires) ;
  • une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ;
  • une amiantose (pathologie résultant de l’exposition à l’amiante) ;
  • une inflammation liée à une sarcoïdose affectant les poumons, le foie, les ganglions lymphatiques, les yeux, la peau ou d’autres tissus ;
  • la sclérodermie (maladie des tissus conjonctifs) ;
  • une tumeur pulmonaire ;
  • un cancer du poumon.

Préparation

Lorsque vous prenez des médicaments destinés à ouvrir vos voies aériennes (par exemple, pour le traitement de l’asthme ou de la bronchite), votre médecin pourra vous demander d’interrompre leur prise avant le test. Les analgésiques peuvent également affecter les résultats du test. Il vous est donc conseillé d’informer votre médecin de tout médicament de ce type que vous prenez, en vente libre ou sur ordonnance.

Il est important d’éviter de consommer un repas important avant le test. Cela, parce qu’un estomac plein peut empêcher vos poumons d’inhaler pleinement. Avant votre test, vous devez également éviter les boissons et aliments contenant de la caféine, tels que le chocolat, le café ou le thé. La caféine peut favoriser l’ouverture de vos voies aériennes. Il vous sera également demandé de ne pas fumer et de vous abstenir de tout exercice éprouvant avant le test.

Pour le test, portez, de préférence, des vêtements amples. Des vêtements plus près du corps peuvent gêner votre respiration. Évitez le port de bijoux susceptibles d’affecter votre respiration. Si vous portez une prothèse dentaire, vous devez la porter pour le test, afin que l’embout utilisé pour le test soit bien en place dans votre bouche.

Interventions

Votre exploration fonctionnelle respiratoire peut inclure un test spirométrique, qui mesure la quantité d’air que vous inspirez et expirez. Pour ce test, vous vous assiérez devant la machine et un embout respiratoire sera mis en place ; Il est important que l’embout soit parfaitement adapté à votre bouche, pour que tout l’air que vous respirez aille dans la machine. Une pince nasale vous sera également remise, afin que vous ne puissiez expirer par le nez. Le technicien respiratoire vous expliquera comment respirer.

Il pourra vous être demandé de respirer normalement. Il est possible qu’il vous soit demandé d’inspirer et d’expirer aussi profondément et/ou rapidement que possible durant plusieurs secondes. Le technicien peut également vous demander d’inhaler un médicament destiné à ouvrir vos voies aériennes ou certains gaz, tels que de l’oxygène, de l’hélium ou du dioxyde de carbone. Il vous sera alors demandé de respirer à nouveau dans la machine afin de déterminer si le médicament ou les gaz ont affecté votre fonction pulmonaire.

Il peut également vous être demandé de respirer une bouffée d’un gaz de dépistage . Ce gaz peut être détecté lorsque vous expirez dans la machine. Ce test permet de déterminer dans quelle mesure vos poumons peuvent transférer de l’oxygène et du dioxyde de carbone vers votre flux sanguin et à partir de celui-ci.

Pléthysmographie

Ce test mesure le volume de gaz dans vos poumons. Il vous sera demandé, pour ce test, de vous asseoir ou de vous tenir debout dans une cabine et de respirer dans un embout. La pression dans la cabine sera mesurée afin d’obtenir des informations sur votre volume pulmonaire.

Risques

Pour la plupart des gens, l’exploration fonctionnelle respiratoire est sûre et sans risque. Toutefois, dans la mesure où il peut vous être demandé d’inspirer et d’expirer rapidement au cours du test, vous pouvez éprouver une sensation d’étourdissement ou même vous évanouir. Si vous éprouvez une sensation d’étourdissement, informez-en le technicien. Il peut également arriver que le test déclenche une crise d’asthme chez les personnes asthmatiques. Dans des cas extrêmement rares, une exploration fonctionnelle respiratoire peut être à l’origine d’un poumon atélectasié.

Les personnes atteintes de certaines pathologies ne doivent pas se soumettre à une exploration fonctionnelle respiratoire, car il peut en résulter des problèmes. Il peut notamment s’agir :

  • d’une récente crise cardiaque ;
  • de pathologies cardiovasculaires ;
  • d’une récente chirurgie oculaire ;
  • d’une récente intervention chirurgicale thoracique ou abdominale ;
  • d’une infection respiratoire.