best replica uhren is simple perform and simple to see. www.youngsexdoll.com forum created command through workspace altar. swiss grade replica-watches.is. your brilliant blend of delightful quality and delightful appearances could be the characteristic of who sells the best rolex replica. upscalerolex old-time appeal with a touch of modern sophistication.

tres-utile.fr

Ablation du gros intestin : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

L’ablation du gros intestin est aussi appelée colectomie. Cette intervention chirurgicale consiste à retirer des segments du gros intestin affectés par la maladie. Le gros intestin comprend plusieurs segments, l’un d’entre eux étant le côlon.

Au cours de cette intervention, le chirurgien retire les segments de l’intestin affectés par la maladie. Les segments sains sont ensuite reliés entre eux. Une partie ou la totalité de l’intestin sera retirée.

S’il ne reste pas suffisamment de segments sains après l’intervention, une colostomie pourra être nécessaire. La colostomie consiste à retirer une extrémité du gros intestin de la paroi abdominale.

Une poche spéciale est ensuite attachée à l’abdomen. Lorsque les selles traversent le gros intestin, elles sont évacuées dans cette poche. Les selles évacuées dans la poche sont généralement molles ou liquides.

La colostomie est souvent temporaire. Le patient porte la poche jusqu’à la cicatrisation de l’intestin. La colostomie est ensuite retirée au cours d’une nouvelle intervention. Dans certains cas, la colostomie est permanente.

Objet

L’ablation du gros intestin peut être nécessaire pour traiter les maladies suivantes :

  • cancer du côlon
  • obstructions intestinales liées à une cicatrice ou à des tumeurs
  • diverticulite, maladie du gros intestin
  • polype précancéreux
  • infection

Elle peut également être réalisée dans le cadre du traitement des maladies suivantes :

  • hémorragie intestinale
  • volvulus, torsion anormale de l’intestin
  • rectocolite hémorragique, type d’inflammation intestinale
  • intussusception, entrée d’un segment d’intestin dans un autre

Interventions

Vous serez placé sous anesthésie générale avant le début de l’intervention. Vous serez donc endormi tout au long de l’intervention. Vous ne ressentirez aucune douleur. Le chirurgien pourra opter pour une colectomie par cœlioscopie ou par chirurgie ouverte.

Au cours d’une intervention par cœlioscopie, le chirurgien se sert d’une caméra pour observer les intestins. L’intervention est réalisée par une série de petites incisions. Elle est moins invasive qu’une opération ouverte.

Pour une intervention par chirurgie ouverte, le chirurgien fait une large incision dans l’abdomen pour obtenir une vision directe de l’intestin.

Le principe des deux types d’intervention est le même :

  • Le chirurgien accède à l’intestin au moyen d’une ou de plusieurs incisions.
  • L’intestin affecté par la maladie est retiré.
  • L’autre intestin est ensuite agrafé ou suturé pour rétablir la continuité. Cette procédure porte le nom d’anastomose.
  • Une colostomie est réalisée si nécessaire.
  • Puis l’incision est refermée avec des points de suture.

Il pourra être nécessaire de retirer aussi d’autres organes au cours de l’intervention.

D’après les Instituts nationaux de la santé des États-Unis, l’ablation du gros intestin dure généralement entre une et quatre heures (NIH, 2011).

Préparation

Au moins deux semaines avant l’intervention, prévenez votre médecin si vous prenez des médicaments. Incluez les compléments alimentaires comme des vitamines ou des plantes médicinales. Vous devez aussi l’avertir si vous avez récemment souffert d’une maladie, y compris d’un rhume, de la grippe ou d’une éruption d’herpès.

Avant l’intervention, votre médecin pourra vous demander :

  • d’interrompre la prise d’anticoagulants comme l’aspirine, l’ibuprofène et le naproxène.
  • d’arrêter de fumer
  • de boire beaucoup d’eau
  • de consommer des aliments riches en fibres

Quelques jours avant une ablation du gros intestin, il pourra vous être demandé de :

  • prendre des laxatifs (pour accélérer le transit intestinal)
  • procéder à un lavage de l’intestin (pour vider le côlon)
  • boire uniquement des boissons claires – eau, jus de fruit clair, bouillon clair

Le jour de l’intervention, suivez les indications de votre médecin. Il vous demandera peut-être de ne rien manger ni boire pendant 12 heures avant l’intervention.

Risques

Toute intervention chirurgicale présente les risques suivants :

  • infection
  • hémorragie
  • troubles respiratoires
  • crise cardiaque ou accident vasculaire cérébral
  • formation de caillots sanguins

Les risques spécifiques de l’ablation du gros intestin sont les suivants :

  • hémorragie abdominale
  • hernie cicatricielle (tissus sortant par l’incision)
  • lésion de la vessie ou d’un autre organe voisin
  • cicatrice
  • déhiscence (ouverture de la plaie)
  • problèmes liés à la colostomie, irritation de la peau par exemple

Il existe également des risques liés à l’anesthésie générale. Par exemple, une réaction à l’anesthésique et des troubles respiratoires peuvent se produire.

Suivi

Vous devrez généralement rester à l’hôpital entre trois et sept jours. Une hospitalisation plus longue sera nécessaire en cas de complications. Ce sera également le cas si les problèmes intestinaux sont liés à une affection plus grave.

Vous devrez suivre des indications précises concernant la reprise de votre alimentation après l’intervention. Normalement vous pourrez recommencer à boire des boissons claires à partir du deuxième ou du troisième jour. Au fur et à mesure de votre convalescence, vous pourrez consommer des boissons plus consistantes et des aliments mous.

Il faudra attendre environ deux mois pour récupérer complètement.

Long terme

La majorité des patients se remettent complètement d’une ablation du gros intestin. Vous devrez peut-être porter temporairement une poche en cas de colostomie. Une colostomie permanente est parfois nécessaire. Normalement, une colostomie ne devrait pas vous interdire de vous livrer aux activités de votre choix. (NIH)

Un suivi médical continu pourra être nécessaire en cas de maladie intestinale chronique telle que :

  • cancer
  • maladie de Crohn
  • rectocolite hémorragique